Les mondes de LeenConte – La gentille Leen s’ennuie. Sa tante sorcière lui jette alors un sort qui la fait voyager d’un monde dans l’autre lorsqu’elle s’ennuie trop.

Mais est-ce vraiment une malédiction ?

Les récits ont été envoyés au fur et à mesure sur une liste de diffusion Internet.

Protégé par un dépôt IDDN

Découvrir Les Mondes de Leen

Acheter Les Mondes de Leen

A propos de Les Mondes de Leen

Ce livre a été publié en premier lieu sous forme de feuilleton sur une liste de diffusion sur Internet de février 2005 à août 2007 avant d’être achevé classiquement.

Genèse et intentions

« J’ignore d’où vient cette légende -que je ne connaissais pas dans ma Normandie natale- selon laquelle le fait de bailler créé un monde dans le royaume des fées. Je l’appris d’amis lors de petites réunions par lesquelles il nous arrivait d’achever des soirées, après un restaurant ou un cinéma ou encore les deux. Ces réunions se déroulaient souvent chez moi, avec des petits verres de calvados, d’armagnac ou de liqueur de framboise.
Or il se trouve que l’une de nos amies participant à ces agapes avaient, à l’époque, la fâcheuse tendance de beaucoup bailler (il est vrai qu’il était tard et que ses journées commençaient tôt à l’époque). C’est ainsi que commença à germer dans mon esprit l’histoire de Leen.
Pour ouvrir ses aventures, je me sentis obligé, puisqu’il s’agissait d’une histoire d’enfant mais n’existant qu’à cause d’activités d’adultes, de m’inspirer du premier chapitre de Lolita, de Vladimir Nabokov. J’ai toujours été fasciné par ce premier chapitre de Lolita qui, sans aucune évocation scabreuse, est probablement l’un des plus grands chefs d’œuvres d’érotisme sans perdre un instant l’innocence et la naïveté qui sied à une histoire d’enfant.
Ecrire les aventures de Leen constituait pour moi un véritable défi. En effet, c’était la première fois que je m’engageais dans une œuvre où il ne devait y avoir ni violence, ni sexe, ni réflexion compliquée, ni rien de ce dont j’avais truffé tous mes ouvrages jusqu’alors.
Je me lançais dans l’écrire des Mondes de Leen le 1er mars 2005 en envoyant le premier chapitre sur une liste de diffusion Internet dédiée à la publication des aventures de Leen. La fin de la première partie fut écrite le 10 avril 2005.
La Forêt des Musiciens fut écrite début juillet 2005, pratiquement d’un seul jet. Cette histoire me fut inspirée par l’un des tableaux d’un spectacle musical celte diffusé à la télévision quelques temps auparavant.
Et puis j’abandonnais là Leen durant plus de deux ans.
C’est courant 2007 que j’entrepris d’achever tout ce que j’avais commencé. Le texte Les Mondes de Leen était à ce point inhabituel pour moi que je mis du temps à me remettre à son écriture. Je crois que je ne le fis que parce que je voulais clore tout ce qui était ouvert.
Finalement, c’est en décembre 2007 que je me remis à l’ouvrage sur ce manuscrit, en commençant par corriger quelques maladresses sur les épisodes écrits deux ans auparavant, avant de poursuivre les aventures de Leen. Il me fallut un mois pour terminer. »

Une réflexion au sujet de « Les mondes de Leen »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.