Musée d’Orsay : deux expositions exceptionnelles

Le Musée d’Orsay, à Paris, accueille en ce moment deux intéressantes expositions temporaires tout à fait exceptionnelles : l’une est consacrée à Edvard Munch (du 20 septembre 2022 au 22 janvier 2023), l’autre à Rosa Bonheur (du 18 octobre 2022 au 15 janvier 2023). Bien entendu, visiter ces deux expositions temporaires est aussi l’occasion de refaire un tour dans les collections permanentes, notamment celle consacrée à l’impressionnisme.

Je m’y suis rendu récemment et je vous laisse regarder mes photographies du Musée d’Orsay.

En lire plus Musée d’Orsay : deux expositions exceptionnelles

La truffe, à la folie

Amis parisiens ou touristes de passage dans la capitale, voici un restaurant fort sympathique pour une expérience hors du commun : Truffes Folies. Comme son nom l’indique, ce restaurant est spécialisé dans la truffe sous toutes ses formes.

Entrées, plats, fromages, desserts… tout est cuisiné ou inclut de la truffe. Certes, l’usage de ce champignon exceptionnel a une conséquence : le restaurant n’est pas donné. Mais l’accueil est sympathique, l’endroit l’est tout autant et la cuisine réellement excellente, sachant tirer tout le potentiel de cet ingrédient.

Sur place, vous pouvez également acquérir, dans la partie épicerie, des conserves, des bocaux (foie gras, moutarde…) et des bouteilles d’apéritif contenant toujours de la truffe.

Grand Paris : le métro prend forme

A l’occasion des Journées du Patrimoine, j’ai visité le chantier de la future station Maison Blanche de la ligne 14 du métro parisien. J’ai aussi pris quelques photos du chantier.

Le chantier est bien sûr impressionnant, étant très profond. Il nous a été confirmé que, d’ores et déjà, on pouvait rejoindre Orly par le tunnel, en trois heures de marche.

Les lignes de métro du Grand Paris vont ouvrir de 2024 à 2030 et vont profondément restructurer la région parisienne. Si la ligne 14 est une transversale Nord-Ouest / Sud-Est, les autres facilitent les trajets banlieue-banlieue sans passage par Paris. Des zones très mal desservies vont être bien mieux connectées.

Mes photos.

Bien curieux château de Maulnes

Le château de Maulnes se situe à quelques kilomètres au Nord-Est de Tonnerre, en Bourgogne. Construit de 1566 à 1573 à l’initiative d’Antoine de Crussol, duc d’Uzès, et de son épouse Louise de Clermont, comtesse de Tonnerre, ce château est à nul autre pareil. Il a été conçu comme un logis et aussi comme un refuge en pleine guerres de religions.

Mais, très isolé, il sera abandonné lors du décès de ses créateurs. Antoine de Crussol meurt en 1573 au siège de La Rochelle, Louise de Clermont en 1596 à l’Hôtel-Dieu de Tonnerre. Rapidement, le château tombe en ruines, n’intéressant pas les héritiers, les fameux Clermont-Tonnerre qui, il est vrai, ont quelques autres châteaux. Il ne sera relevé qu’au XXème siècle à l’initiative du département de l’Yonne.

En lire plus Bien curieux château de Maulnes

Très surfait Musée Jacquemart-André

Paris regorge de musées. Certains sont très célèbres et visités par des touristes venus du monde entier. D’autres sont cités comme des bijoux insuffisamment connus. Le Musée Jacquemart-André fait partie de ceux-là.

Or, ce musée est issu d’une donation, début du XXème siècle, à l’Institut de France (qui regroupe les principales académies dont l’Académie Française) d’un hôtel particulier avec ce qu’il contenait. Le banquier Edouard André avait épousé une artiste, Nélie Jacquemart. Edouard André avait commencé seul sa collection mais la démarche s’amplifiera après son mariage. Ensemble, ils vont constituer une abondante collection d’oeuvres du XVème siècle au XIXème siècle : peintures, sculptures, fresques… Pour l’essentiel, il s’agit d’oeuvres peu marquantes d’artistes de second plan (même si on y trouve un Rembrandt, Les disciples d’Emmaüs).

Il en résulte une accumulation hétéroclite lié à l’éclectisme du couple Jacquemart-André. Bref, ce musée est une ode au mauvais goût bourgeois de la fin du XIXème siècle. Ode évidemment tout à fait évitable.

Pour ceux qui veulent cependant tenter une visite : Musée Jacquemart-André, 158 Boulevard Haussmann, 75008 Paris, http://www.musee-jacquemart-andre.com/.

Un été au frais en Ecosse, aux Shetlands et aux Orcades

Pendant que la France suffoquait sous la canicule, j’ai préféré me mettre au frais en allant visiter les Shetlands et les Orcades avec passage par l’île principale du Royaume-Uni.

Je m’étais déjà rendu en Ecosse en 2003 mais seulement à Édimbourg, dans les Highlands et dans l’île de Skye. Pour ce nouveau séjour, du 14 au 24 juillet 2024, mon objectif était donc, surtout, de visiter les deux archipels situés au Nord : les Shetlands (au Nord, au niveau de Bergen en Norvège) et les Orcades (pas très loin de la côte écossaise). Pour des raisons pratiques, je suis repassé par l’ouest des Highlands. C’est encore une fois l’agence Comptoir des Voyages qui m’a aidé à organiser ce voyage.

Retrouvez ici mon récit de voyage et mes photos.

Chamonix, pays du Mont-Blanc

Le Mont-Blanc est le seul contentieux territorial subsistant sur le territoire métropolitain français. En l’occurrence, la question est de savoir si la frontière entre la France et l’Italie passe au sommet de la plus haute montagne d’Europe (version italienne et règle générale dans le monde, sur la ligne de séparation des eaux) ou à sa base Est (version française). J’ignore l’origine et la raison d’être de la dispute mais l’endroit propose de magnifiques paysages.

Un court séjour estival (grand week-end pour moi) à Chamonix est une très bonne occasion d’aller voir d’une part le site de Montenvers et la Mer de Glace, d’autre part le site du Mont-Blanc à voir depuis l’Aiguille du Midi. Le recul du plus grand glacier d’Europe, la Mer de Glace, est visible, preuve, si besoin était, de l’actuel réchauffement climatique. Ajoutons que Chamonix est également intéressant pour les passionnés du ferroviaire : l’accès à la ville se fait avec une ligne utilisant un rail latéral d’alimentation électrique et la montée au Montenvers utilise un train à crémaillère.

Mes photos de Chamonix et du Mont-Blanc sont ici.

Montpellier, ville d’hier et d’aujourd’hui

A l’occasion d’un déplacement professionnel à Montpellier, j’ai prolongé mon séjour dans la ville pour la visiter. Je ne m’y étais plus rendu depuis environ 25 ans.

Montpellier est marquée par le contraste de la ville ancienne (ses ruelles romantiques, son école de médecine et son étrange cathédrale…) avec la ville moderne d’architecture digne de la Charte d’Athènes (Polygone, Antigone, Chorum…).

Enfin, notons la présence de Planet’Océan. Cet aquarium est plus petit que Nausicaa à Boulogne-sur-Mer mais il comporte quelques éléments intéressants comme un simulateur de cargo en pleine tempête et un cinéma Imax présentant divers films sur l’espace avec une petite zone consacrée à l’exploration spatiale.

Mes photos de Montpellier.

Soissons et Pierrefonds

Que faire quand on n’a vraiment rien prévu pour le grand week-end de l’Ascension ? Certes, on pourrait en profiter pour faire réviser leur catéchisme à tous ces mécréants pour qui cette fête est juste une occasion d’avoir un week-end de quatre jours.

Personnellement, j’ai préféré faire une petite promenade en Picardie, seule destination qui me convenait, étant donné que je ne voulais pas non plus me ruiner. J’ai donc rayonné à partir de Soissons, première capitale du Royaume Franc (donc de la France), aujourd’hui agréable sous-préfecture avec de jolis monuments, allant jusqu’à Pierrefonds, le Disneyland médiéval dû à Viollet-Leduc et à la volonté de Napoléon III.

Voici mes photos.

Boulogne-sur-Mer : la mer, la terre

La ville de Boulogne-sur-Mer a une très longue histoire et fut, notamment, plusieurs fois camp de base pour préparer une invasion de l’Angleterre à partir du continent. Aujourd’hui, c’est une ville surtout connue pour son centre aquatique Nausicaa. Mais il ne faut pas négliger la ville elle-même, essentiellement la ville haute fortifiée, son château et sa basilique.

L’ensemble fait une agréable destination pour un week-end.

En lire plus Boulogne-sur-Mer : la mer, la terre