2001, 20 ans (ou 53 ans) après

En 1968 sont sortis d’abord le film puis le roman 2001, l’Odyssée de l’espace (2001: A Space Odyssey). Basée sur plusieurs nouvelles d’Arthur C. Clark, l’histoire aborde de nombreux thèmes classiques de la science-fiction : l’origine de l’humanité, l’intelligence artificielle hostile, les extra-terrestres ultra-évolués, le voyage spatial… Le film de Stanley Kubrick a également marqué l’histoire du cinéma malgré de très graves défauts qui en font un film profondément ennuyeux bien que magnifique.

Comme le titre l’indique, l’essentiel de l’histoire se déroule en 2001.

Vingt ans après cette date, il est intéressant de regarder comment, il y a cinquante-trois ans, on imaginait notre époque.

En lire plus 2001, 20 ans (ou 53 ans) après

18 juin 1940 : naissance d’un mythe national

Le 18 juin 1940, le sous-secrétaire d’Etat à la Défense de l’avant-dernier gouvernement de la Troisième République française, le colonel et général à titre provisoire Charles De Gaulle, a lancé un appel à résister à l’invasion allemande du territoire national sur les ondes de la BBC. Cet appel a constitué un refus de reconnaître l’autorité de son ancien mentor (avec qui il était déjà fâché), le maréchal Philippe Pétain, nommé président du conseil et, de ce fait, dernier chef du gouvernement de la Troisième République puisqu’il pilota l’abolition de cette même république le 10 juillet 1940.

Juridiquement, la France était dirigée par Philippe Pétain et les ordres de son gouvernement étaient ceux de l’autorité constituée. L’acte de De Gaulle constituait donc une trahison et il fut à ce titre condamné à mort par un tribunal militaire le 2 août 1940. Pour se justifier, De Gaulle évoqua la trahison des responsables de Vichy, ce qui est une opinion morale mais pas une réalité juridique. Opinion morale et réalité juridique ne se rejoignirent qu’avec la prise du pouvoir par De Gaulle.

En lire plus 18 juin 1940 : naissance d’un mythe national

Cinq-Mars : ne perdez pas la tête !

Nous sommes le cinq mars. C’est une bonne date pour parler d’un individu qui perdit la tête pour l’avoir vue trop enfler : Henri Coëffier de Ruzé d’Effiat, marquis de Cinq-Mars.

Ce personnage m’a toujours à la fois fasciné et amusé. J’admets que son nom ridicule a été un facteur pour mon intérêt.

Mais Cinq-Mars est surtout l’archétype du jeune crétin prétentieux, de l’arriviste raté. Tellement raté qu’il va être condamné à mort et exécuté.

Revenons sur cet individu. Issu d’une noblesse de niveau raisonnable mais sans plus, il est protégé par Armand Jean du Plessis de Richelieu, dit Cardinal de Richelieu, qui était ami de son père. Pour des raisons de basse politique, le cardinal introduit son jeune protégé auprès du Roi et Cinq-Mars devient ainsi le favori de Louis XIII.

En lire plus Cinq-Mars : ne perdez pas la tête !

Minitel, Internet et Emenu : de la hiérarchie au pair-à-pair

Apotheosis - Les hommes-dieux

Il est de bon ton, parmi certains, et à l’image de quelques anglo-saxons ignorants, de se moquer du Minitel pour glorifier Internet. Moi qui ai imaginé Emenu, je vais vous expliquer pourquoi ces moqueries sont inadéquates. Je vais en profiter pour vous reparler d’Emenu, le « successeur d’Internet » (ou plutôt du web), que l’on retrouve dans plusieurs de mes romans, principalement Carcer et Apotheosis.

Pour cela, il va falloir commencer par le début et expliciter la notion de « couches ». Cela évitera de confondre Minitel et Transpac, Web et Internet, etc. Puisque l’on parle d’ « autoroutes de l’information », il est assez courant de prendre une image routière. L’objectif est d’aller d’un point A à un point B. Pour cela on va utiliser des routes ou bien des chemins de fer sur lesquels vont rouler des véhicules.

Version audio du billet

En lire plus Minitel, Internet et Emenu : de la hiérarchie au pair-à-pair

Inimaginable innovation de rupture

Les belles histoires de Tonton Pierre

L’autre jour, j’ai pris la machine à voyager dans le temps de mon ami Herbert-George Wells pour aller rencontrer Victor Hugo, homme que j’admire beaucoup. Et je lui ai raconté qu’il m’était arrivé plusieurs fois d’aller de Paris à Marseille (et retour) en trois heures. Mais Victor Hugo m’a dit que c’était absolument impossible. En effet, un cheval n’est capable d’aller, au maximum, qu’à 88 km/h et cela très peu de temps. Pour aller de Paris à Marseille à toute vitesse, il faudrait donc multiplier les postes de changements de chevaux. « Et même si vous mettiez 50 chevaux à votre carrosse, vous n’iriez pas plus vite » a-t-il ajouté. [Note : il m’a été fait la remarque que Victor Hugo était un mauvais exemple car il est mort bien après la mise en service du train Paris-Lyon-Marseille. On dira donc que c’est une licence poétique.]

Version audio du billet

En lire plus Inimaginable innovation de rupture

Le paradoxe de Fermi et la réponse originale de Liu Cixin

Lorsque l’on écrit, lit ou regarde de la science-fiction, à un moment donné, on ne peut que tomber sur « le paradoxe de Fermi« . Ce paradoxe pose une question simple : « S’il y avait des civilisations extraterrestres, leurs représentants devraient être déjà chez nous. Où sont-ils donc ? ». La réponse apportée dans « Le problème à trois corps » par Liu Cixin est originale.

Mais reprenons depuis le début avant d’essayer de trouver des alternatives.

Version audio du billet

En lire plus Le paradoxe de Fermi et la réponse originale de Liu Cixin

Un virus peut-il détruire l’humanité ?

Le coronavirus Covid-19 provoque actuellement une certaine panique. Il y a des morts. Des mesures draconiennes sont prises pour tenter de limiter la contagion. De nombreux événements où la foule se serait massée sont annulés. C’est un bon moment pour se poser une question : un tel virus pourrait-il vraiment mettre en danger l’humanité ?

Il se trouve qu’au moment de rédiger Le survivant solitaire, je m’étais intéressé à la question. Il fallait en effet que mon roman, bien que d’anticipation, soit un peu crédible.

Version audio du billet

En lire plus Un virus peut-il détruire l’humanité ?

Pauvres dragons !

Les dragons d'Arel

Mon dernier roman, Velik Kantor et les chasseurs de dragons, qui vient de paraître, constitue une occasion de revenir sur les dragons. Ces créatures mythiques sont en effet fascinantes à bien des égards, d’abord par leur diversité, même si, la plupart du temps, ils représentent une force maléfique ou hostile aux humains.

S’il existe quelques animaux réels qui comportent le terme « dragon » dans leur nom, comme le dragon de Komodo, une sorte de varan, on peut dire que le dragon (au sens courant du terme) est un animal imaginaire. Mais sa description est pour le moins variable. Des dragons chinois aux dragons cracheurs de feu des mythes du Moyen-Age occidental, le dragon n’a guère de description claire. Celui de la Bible est un simple serpent, voire un lézard vivant dans le feu (mais ne le crachant pas) de l’Enfer.

Version audio du billet

En lire plus Pauvres dragons !

Brexit : la fin de la procédure de divorce face à l’Histoire et à la fiction

Les derniers seront les premiers

Cette fois, le divorce entre l’Union Européenne et le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande-du-Nord est prononcé avec effet au 31 janvier 2020. Ce divorce a un nom : Brexit.

Les relations entre l’Anglais et les Européens ont toujours été compliquées et ont souvent résulté du hasard. C’est ainsi que ces relations ont pu être modifiées à plusieurs reprises dans mon recueil de nouvelles uchroniques, Les derniers seront les premiers.

Et j’ai consacré un long passage de ma conférence Les mythes de l’Europe Chrétienne à cette chère Jeanne d’Arc ainsi qu’à la Guerre de Cent Ans.

Version audio du billet

Une belle histoire : comment la Pax Deorum a donné naissance au Christianisme

Les belles histoires de Tonton Pierre

Je réalise de temps à autres quelques conférences sur des sujets très variés. Il en est une qui a un certain succès qui s’intitule « De la Pax Deorum au Christianisme officiel« . Elle se consacre au fondement de l’Empire Romain, la fameuse Pax Deorum, et comment celle-ci a évolué pour laisser la place au Christianisme officiel, toujours dans un but politique d’unité de l’Etat.

Je vous propose ici cette conférence en version audio. La présentation est ici.

Version audio de la conférence

Vous pouvez retrouver toutes mes conférences ici.