Droit de vie et de mort

Une dernière semaine auprès de la mer

La fin de vie revient dans l’actualité. D’un côté, le gouvernement prévoit un texte de loi pour que, en France, on puisse choisir de mourir dans la dignité. De l’autre, le réalisateur Jean-Luc Godard a fait ce choix.

Chacun sait que je suis un fervent partisan du droit à une mort digne et choisie, autrement dit du droit au suicide assisté.

J’ai abordé le sujet dans un de mes romans, Une dernière semaine auprès de la mer. L’actualité constitue une excellente occasion de le (re)lire.

Vampires, une histoire de sang

Le saigneur des agneaux

Les vampires… Derrière ce nom se cachent d’innombrables récits, mythologies, romans, films ou même concepts. Dans les univers de fiction, c’est probablement un des thèmes les plus polysémiques qui soit. Il y a quelques constantes presque absolues (immortalité relative, suce le sang) et beaucoup de divergences (sensibilité à la lumière ou aux symboles sacrés, contagion ou non, etc.).

Oublions les versions imagées utilisées, par exemple, en psychologie pour désigner certains types de pervers. Restons-en à la fiction. Dracula, de Bram Stocker, n’est pas né de nulle part. La morte amoureuse, de Théophile Gautier non plus. Au XXème siècle, Anne Rice a redonné un coup de jeune au suceur de sang, lui conférant une profondeur et une psychologie, avec sa saga autour de Lestat le vampire. Des versions comiques, romantiques, etc. existent. Et, pour terminer, je veux citer la version spatiale, le film Lifeforce de 1985, avec Mathilda May dont le personnage suce directement la vie plutôt que le sang.

En lire plus Vampires, une histoire de sang

L’amour, la mort, y-a-t-il un choix ?

Le Violon

Assumer ses choix, pour le meilleur et pour le pire, est une des plus grandes difficultés rencontrées par un être humain. Il faut en effet parfois constater à quel point nous nous sommes nous-mêmes mis dans les pires difficultés ou transformés en pures ordures. Il est plus facile de refuser de voir les conséquences ou, pire, d’accuser les autres de nos propres tourments.

C’est bien sûr le cas collectivement sur des problématiques comme les conflits nationalistes ou le changement climatique. Mais c’est aussi le cas sur des décisions individuelles.

En lire plus L’amour, la mort, y-a-t-il un choix ?

Saint-Valentin, l’amour, toujours…

Le 14 février, tous les ans, surgit la Saint-Valentin. C’est là une fête abominable où il convient d’être amoureux et de le prouver à sa/son partenaire à force de ruineux cadeaux et de mièvreries romantiques. Je vais d’ailleurs vous suggérer quelques cadeaux culturels ci-après.

Au moins, à l’époque de Rome, à la même époque, c’étaient les Lupercales, une fête érotique dans le cadre d’un culte de la fertilité. Au Moyen-Âge, les coutumes dites de « valentinage » étaient également intéressantes, avec leur érotisme débridé où les liens sacrés du mariage pouvaient être quelque peu oubliés.

En lire plus Saint-Valentin, l’amour, toujours…

Du vaste monde à notre nombril

Cum

Sur le catalogue de ce site, vous ne trouverez qu’un seul essai signé de mon nom : « Cum, nous ne sommes qu’avec les autres« . Son histoire est tumultueuse, je la raconte brièvement sur la page consacrée à cet ouvrage.

Son objet est de définir une philosophie globale permettant d’appréhender l’intégralité du monde, y compris nous-mêmes. Vaste ambition ! Surtout en aussi peu de pages ! Il s’agit en fait d’une présentation d’une approche de notions d’univers comme d’individualité aboutissant à un guide d’actions.

Sa lecture est aisée et rapide. L’ouvrage est disponible, en version électronique, gratuitement.

En version papier, il était disponible en vente directe. Depuis le début de l’année, il est aussi disponible en version grand format en vente indirecte (libraires, etc.).

Bonne lecture !

Les vampires, les sorcières et Anne Rice

Auteur très prolifique, Anne Rice est connue surtout pour ses sagas autour des vampires et des sorcières. Elle a, avec le court roman « Entretien avec un vampire« , complètement révolutionné le genre pourtant déjà largement épuisé. Son (anti-)héros Lestat le vampire est un personnage iconique de la pop-culture.

Son cycle des sorcières m’a nettement moins plu mais demeure une part importante de son oeuvre.

En lire plus Les vampires, les sorcières et Anne Rice

Oui, tout peut s’effondrer

Pendant que le monde s'écroule

Les « collapsologues » et autres « survivalistes » partent du principe que le monde entier peut s’écrouler suite à une catastrophe environnementale bien prévue. Les tendances politiques associées à ces mauvais augures peuvent être écologiques ou franchement d’extrême-droite. Mais nous avons la démonstration, sous nos yeux, qu’un effondrement est parfaitement possible, localement, sans effondrement global.

Cet exemple est bien sûr le Liban. Pays riche, son effondrement politique a entraîné un effondrement économique. Avant ce pays classé comme « développé », d’autres pays se sont effondrés suite à des guerres civiles ou des guerres étrangères. On peut citer la Somalie, la Libye, etc. Bien entendu, on peut remonter quelques siècles ou millénaires en arrière et multiplier les exemples.

En lire plus Oui, tout peut s’effondrer

Aller ailleurs : la conquête des étoiles

Les lettres de l'espace

S’il est un thème récurrent dans la science-fiction, c’est bien la conquête de l’espace. Les romans, les nouvelles et les films sur le sujet sont innombrables. Bien entendu, je me suis livré aussi à l’exercice d’imaginer la conquête de l’espace par l’être humain. Mais, à chaque fois, j’ai veillé à y apporter un angle de vue original, sur la forme ou sur le fond, et de rester le plus réaliste possible, en tenant compte de multiples difficultés pratiques.

Bien entendu, ce billet fait avant tout référence à ma dernière parution, Au loin.

En lire plus Aller ailleurs : la conquête des étoiles

Metaverse : le retour de la vengeance

Apotheosis - Les hommes-dieux

L’emblématique patron de Facebook, Mark Zuckerberg, a une certitude : l’avenir du web est le metaverse (ou metavers en Français, meta-univers / meta-universe). De quoi s’agit-il ? D’un univers virtuel où les utilisateurs se promènent et interagissent sous forme d’avatars. Pour une fois, je vais lui donner (presque) raison. C’est l’occasion de revenir sur quelque chose qui peuple mon univers, Emenu (MNU, Multi-Node Universe), et qui est notamment au coeur de mon roman Apotheosis (mais pas seulement).

Cependant, et on le voit dès la création d’Emenu dans Carcer, le principe de base d’Emenu est à l’inverse des intentions de Mark Zuckerberg. La tentative de « facebookisation » d’Emenu sera d’ailleurs à l’origine d’une protestation avec occupation du site de construction d’un datacenter dans Dérive mortelle (le sujet n’apparait que sur l’île, à la fin).

En lire plus Metaverse : le retour de la vengeance