Du vaste monde à notre nombril

Cum

Sur le catalogue de ce site, vous ne trouverez qu’un seul essai signé de mon nom : « Cum, nous ne sommes qu’avec les autres« . Son histoire est tumultueuse, je la raconte brièvement sur la page consacrée à cet ouvrage.

Son objet est de définir une philosophie globale permettant d’appréhender l’intégralité du monde, y compris nous-mêmes. Vaste ambition ! Surtout en aussi peu de pages ! Il s’agit en fait d’une présentation d’une approche de notions d’univers comme d’individualité aboutissant à un guide d’actions.

Sa lecture est aisée et rapide. L’ouvrage est disponible, en version électronique, gratuitement.

En version papier, il était disponible en vente directe. Depuis le début de l’année, il est aussi disponible en version grand format en vente indirecte (libraires, etc.).

Bonne lecture !

Les vampires, les sorcières et Anne Rice

Auteur très prolifique, Anne Rice est connue surtout pour ses sagas autour des vampires et des sorcières. Elle a, avec le court roman « Entretien avec un vampire« , complètement révolutionné le genre pourtant déjà largement épuisé. Son (anti-)héros Lestat le vampire est un personnage iconique de la pop-culture.

Son cycle des sorcières m’a nettement moins plu mais demeure une part importante de son oeuvre.

En lire plus Les vampires, les sorcières et Anne Rice

Oui, tout peut s’effondrer

Pendant que le monde s'écroule

Les « collapsologues » et autres « survivalistes » partent du principe que le monde entier peut s’écrouler suite à une catastrophe environnementale bien prévue. Les tendances politiques associées à ces mauvais augures peuvent être écologiques ou franchement d’extrême-droite. Mais nous avons la démonstration, sous nos yeux, qu’un effondrement est parfaitement possible, localement, sans effondrement global.

Cet exemple est bien sûr le Liban. Pays riche, son effondrement politique a entraîné un effondrement économique. Avant ce pays classé comme « développé », d’autres pays se sont effondrés suite à des guerres civiles ou des guerres étrangères. On peut citer la Somalie, la Libye, etc. Bien entendu, on peut remonter quelques siècles ou millénaires en arrière et multiplier les exemples.

En lire plus Oui, tout peut s’effondrer

Aller ailleurs : la conquête des étoiles

Les lettres de l'espace

S’il est un thème récurrent dans la science-fiction, c’est bien la conquête de l’espace. Les romans, les nouvelles et les films sur le sujet sont innombrables. Bien entendu, je me suis livré aussi à l’exercice d’imaginer la conquête de l’espace par l’être humain. Mais, à chaque fois, j’ai veillé à y apporter un angle de vue original, sur la forme ou sur le fond, et de rester le plus réaliste possible, en tenant compte de multiples difficultés pratiques.

Bien entendu, ce billet fait avant tout référence à ma dernière parution, Au loin.

En lire plus Aller ailleurs : la conquête des étoiles

Metaverse : le retour de la vengeance

Apotheosis - Les hommes-dieux

L’emblématique patron de Facebook, Mark Zuckerberg, a une certitude : l’avenir du web est le metaverse (ou metavers en Français, meta-univers / meta-universe). De quoi s’agit-il ? D’un univers virtuel où les utilisateurs se promènent et interagissent sous forme d’avatars. Pour une fois, je vais lui donner (presque) raison. C’est l’occasion de revenir sur quelque chose qui peuple mon univers, Emenu (MNU, Multi-Node Universe), et qui est notamment au coeur de mon roman Apotheosis (mais pas seulement).

Cependant, et on le voit dès la création d’Emenu dans Carcer, le principe de base d’Emenu est à l’inverse des intentions de Mark Zuckerberg. La tentative de « facebookisation » d’Emenu sera d’ailleurs à l’origine d’une protestation avec occupation du site de construction d’un datacenter dans Dérive mortelle (le sujet n’apparait que sur l’île, à la fin).

En lire plus Metaverse : le retour de la vengeance

Halloween, fête de l’horreur

Les liens du sang

Halloween est certes une fête d’origine anglo-irlandaise mais elle est très chrétienne : étymologiquement, c’est la soirée de la veille de la Toussaint. Donc, la soirée du 31 octobre. Mais son interprétation culturelle et commerciale récente en fait une fête de l’horreur fantastique (fantômes, démons, sorcières, tueurs psychopathes, etc.). C’est donc une occasion de pencher sur la place limitée de l’horreur dans mes oeuvres.

L’association horreur / Halloween est un phénomène plutôt américain et récent. La fête celtique de Samain, remise parfois au goût du jour, se veut une justification de la chose. Mais force est de constater que le lien est objectivement pour le moins ténu. Samain, en tant que fête de passage entre la période claire (printemps-été) et la période sombre (automne-hiver) permettait aussi le passage entre le monde des vivants et celui des morts.

En lire plus Halloween, fête de l’horreur

Par delà le bien et le mal

Cum

Le titre de ce billet fait bien sûr penser à « Par delà le bien et le mal« , le célèbre ouvrage de Friedrich Nietzsche. Pourtant, ce dont je veux vous parler n’a rien à voir avec ce philosophe.

Vous me connaissez sans doute comme auteur de romans et nouvelles, d’environ une cinquantaine d’ouvrages de fiction pour tenter un décompte. Peut-être avez-vous déjà eu l’occasion de regarder du côté de mes conférences. Et puis, il y a un ouvrage atypique parmi mes oeuvres, un essai intitulé « Cum – Nous ne sommes qu’avec les autres« . Celui-ci vise à découvrir, par delà le bien et le mal (relatifs à une culture, une époque…), la sagesse et la folie, c’est à dire ce qu’il convient de faire en fonction de la nature réelle du monde et au delà des illusions d’une époque et d’un lieu.

Il présente une vision que l’on peut qualifier de panthéiste mais, au-delà, cherche à en tirer toutes les conséquences, autour de trois principes fondamentaux. Ces conséquences concernent notamment la psychologie humaine. L’ouvrage peut donc se voir aussi comme un ouvrage de développement personnel au delà de la seule philosophie.

Et puis, chose qui ne gâte rien, « Cum – Nous ne sommes qu’avec les autres » est gratuit en version électronique.

Bonne lecture !

Apotheosis : édition refondue

Apotheosis - Les hommes-dieux

La semaine passée, je vous ai parlé de la réinterprétation d’Apotheosis avec une transposition dans un monde contemporain, aux Etats-Unis et en Normandie, sous le titre Les dieux humains. Je vous y annonçais la sortie imminente d’une version refondue d’Apotheosis.

Eh bien c’est fait ! Apotheosis : être humain, devenir divin est effectivement disponible.

Le pitch demeure le même : devenir un dieu, un être immortel aux pouvoirs extraordinaires sur Terre ? C’est tentant, mais dangereux. Car des dieux jaloux rôdent. Vous allez bien sûr y retrouver les personnages et l’histoire tels qu’ils ont été créés en 2011. La version complète précédente d’Apotheosis, initialement sous-titrée Les hommes-dieux, datait de 2014.

Outre des modifications de forme et de divers détails, la grande nouveauté de cette version est sa pleine intégration à l’univers de Morbourg. L’existence d’Emenu, l’univers virtuel pair-à-pair, est ainsi un élément-clé de l’intrigue. Comme dans la première version, une importante postface explique la création de l’univers.

Retrouvez ici Apotheosis : être humain, devenir divin.

Devenez divin !

Les dieux humains

La semaine dernière, je vous ai signalé une première « américanisation » / « démorbourgisation » d’un de mes romans. En l’occurrence, la quatrième partie de Les ombres de Morbourg est devenue Cyberdéfis entre amis en étant transposée à San Francisco.

Un autre de mes romans, Apotheosis, a subi le même sort. Cette fois, l’histoire est transposée à New-York. Et le roman réinterprété s’intitule Les dieux humains.

Dans ce roman, vous apprendrez à devenir divin. Bonne lecture !

Très prochainement, une version refondue d’Apotheosis va bientôt sortir.