Rosa Bonheur, de la célébrité à l’oubli

Si certains artistes deviennent des célébrités après leur mort, la peintre Rosa Bonheur a, elle, fait l’inverse. Extrêmement célèbre de son vivant, elle est aujourd’hui quasiment oubliée, même si les féministes veulent en faire une icône.

Sa maison (ou son château) se visite à Thomery, pas très loin de Fontainebleau. Le village est desservi par le train direct depuis Paris en moins d’une heure et se situe au Sud de la Forêt de Fontainebleau.

Rosa Bonheur est née le 16 mars 1822 à Bordeaux et est morte le 25 mai 1899 à Thomery. Peintre et sculptrice française, spécialisée dans la représentation animalière, elle eut un immense succès de son vivant car étant au carrefour des classiques et des modernes, plaisant aux deux. Elle est aussi connue pour n’avoir jamais eu d’homme dans sa vie mais avoir eu deux compagnes, la dernière étant devenue sa légataire universelle. Cependant, son lesbianisme serait une rumeur infondée : elle aurait été plutôt asexuelle.

Mes photos de l’endroit.

Notre-Dame de Paris en feu et les palais chinois

L’émotion a été énorme suite à l’incendie de la charpente de Notre-Dame de Paris. Que restera-t-il de l’un des plus grands symboles de Paris ? Il faudra des mois pour savoir ce qui peut être sauvé, des années pour reconstruire ce qui pourra l’être. Les bois millénaires travaillés par des milliers de mains d’artisans talentueux sont perdus à jamais.

En Occident, la valeur va avec l’originalité, le travail et la durée.

Et on ne peut que voir le contraste avec d’autres cultures, d’autres pays. En Asie, les palais comme les temples sont de bois. Il n’y a aucune trace des originaux des grandes œuvres de Confucius ou de Lao Tseu.

Régulièrement, dans ces régions où les tornades se disputent aux tremblements de terre pour mettre à bas les monuments, le bois est le plus pertinent pour résister ou, simplement, être remplacé. Les oeuvres littéraires ne valent que parce qu’elles sont copiées. C’est la copie qui donne de la valeur, l’effort fait pour multiplier les exemplaires. L’original unique ne vaut rien.

Qui est le plus résilient ?

Sens : le sens de l’histoire n’y va pas dans le bon sens

Pas très loin de Paris bien que déjà en Bourgogne, la ville de Sens est facile à visiter en y venant en train en une heure depuis la capitale. Cette ville d’histoire ne mérite guère plus de quelques heures, ce qui la rend d’autant plus facile à aller voir, sur une partie de journée ou en déjeunant sur place.

Elle est typique des villes ayant connu un destin glorieux avant de sombrer dans un profond déclin. En lire plus Sens : le sens de l’histoire n’y va pas dans le bon sens

Du manque de cohérence des univers stars

Apotheosis - Les hommes-dieuxDans la postface de mon roman Apotheosis, je poussais des hurlements contre l’inconsistance des univers de fiction, en l’occurrence surtout la saga Highlanders. D’autres univers de fiction, univers cultes de la pop-culture ou de la culture geek, sont aussi marqués par cette inconsistance voire de nombreuses incohérences. C’est notamment le cas pour Matrix (que j’ai récemment acquis en DVD, d’où mon envie d’écrire ce coup de gueule), Harry Potter ou même Star Wars. Les univers Marvel ou DC Comics sont à un tel niveau d’incohérence que l’éditeur a dû parfois assumer de véritables reboots voire des univers parallèles. A l’inverse, l’univers développé par J.R.R. Tolkien est, lui, une réelle merveille.

Suis-je donc le seul à être gêné par les imbécillités scénaristiques ? En lire plus Du manque de cohérence des univers stars

Dumbo : le sombre destin aux grandes oreilles

Dumbo, de Tim Burton, avec Colin Farrell, Danny DeVito, Michael Keaton et Eva Green, est un remake en prises de vue réelles avec trucages numériques du célèbre dessin animé homonyme de 1941. Dans les deux cas, les studios Disney sont à la manœuvre.

Célèbre histoire de l’éléphant moqué pour ses grandes oreilles mais qui a de ce fait le don de voler, Dumbo est sans doute le dessin animé le plus sombre du célèbre studio et confier son remake à Tim Burton était une bonne idée. Le cinéaste est en effet connu pour ses univers à la fois morbides et tendres. En lire plus Dumbo : le sombre destin aux grandes oreilles

Livre Paris 2019 : quid novi ?

Du 15 au 18 mars 2019 se tient l’édition annuelle du Salon du Livre de Paris, rebaptisé depuis quelques années Livre Paris. Je n’y vais pas pour rencontrer des auteurs, obtenir des dédicaces ou autres choses de ce genre.

Je vais surtout y goûter le vent du moment et y découvrir des nouveautés techniques ou marketing. Cette année, j’ai eu encore quelques belles découvertes. Photos en haute définition
En lire plus Livre Paris 2019 : quid novi ?

Le talent des salauds

La sortie du documentaire « Leaving Neverland » provoque des appels à la censure de Michael Jackson, contre lequel ressurgissent des accusations de pédophilie. Or le talent musical et chorégraphique de Michael Jackson ne fait aucun doute : il a révolutionné la pop.

Il n’est pas le premier à voir ainsi son oeuvre condamnée à cause de faits ou d’accusations de faits commis par l’auteur. En France, le cas le plus célèbre reste Louis-Ferdinand Céline. En lire plus Le talent des salauds

Soyez des anges : payez bien vos impôts !

Attention : chûte d'angesEn ces temps où la fiscalité est devenue un sujet tendance, je ne peux qu’inciter à relire un ouvrage indispensable. Il s’agit de l’un de mes romans comiques, Attention : chute d’anges.

Dans celui-ci, donc, on rencontre bien sûr quelques démons et quelques anges. Mais il ne faudrait pas oublier l’Ordre Secret des Avocats Fiscalistes, un service très spécial de Bercy où trois frères semblent opérer depuis une éternité, une contribuable très retors…

Une fois cet ouvrage (re)lu, demandez-vous si vous êtes du côté des anges ou de celui des démons.

Promouvons « Le Manifeste du Respect du Public »

A l’occasion d’un peu de ménage, j’ai redécouvert dans mes archives « Le Manifeste du Respect du Public« . J’ai décidé de le remettre sur mon site (il en avait disparu il y a quelques années) et ainsi de promouvoir de nouveau cette charte de bonne conduite pour les créateurs.

Cette charte a un seul objet : que chacun respecte les droits des autres. Il s’agit autant pour le créateur de respecter son public que, pour ce public, de respecter les créateurs.

Il s’agit donc d’un côté de ne pas entraver la jouissance d’une œuvre dont un acheteur dispose légitimement et de l’autre de respecter le travail d’un créateur en ne piétinant pas sa source de revenus. Ce texte avait été écrit lors des débats autour de la DADVSI, ce qui ne nous rajeunit pas.