Grand Paris : le métro prend forme

A l’occasion des Journées du Patrimoine, j’ai visité le chantier de la future station Maison Blanche de la ligne 14 du métro parisien. J’ai aussi pris quelques photos du chantier.

Le chantier est bien sûr impressionnant, étant très profond. Il nous a été confirmé que, d’ores et déjà, on pouvait rejoindre Orly par le tunnel, en trois heures de marche.

Les lignes de métro du Grand Paris vont ouvrir de 2024 à 2030 et vont profondément restructurer la région parisienne. Si la ligne 14 est une transversale Nord-Ouest / Sud-Est, les autres facilitent les trajets banlieue-banlieue sans passage par Paris. Des zones très mal desservies vont être bien mieux connectées.

Mes photos.

Droit de vie et de mort

Une dernière semaine auprès de la mer

La fin de vie revient dans l’actualité. D’un côté, le gouvernement prévoit un texte de loi pour que, en France, on puisse choisir de mourir dans la dignité. De l’autre, le réalisateur Jean-Luc Godard a fait ce choix.

Chacun sait que je suis un fervent partisan du droit à une mort digne et choisie, autrement dit du droit au suicide assisté.

J’ai abordé le sujet dans un de mes romans, Une dernière semaine auprès de la mer. L’actualité constitue une excellente occasion de le (re)lire.

L’énergie, au coeur du débat écologique

Dérive Mortelle

La crise écologique, qui aboutit au constat désormais largement reconnu du réchauffement climatique, est avant tout une crise de l’énergie (même si ce n’est pas uniquement cela). L’énergie est au coeur des activités humaines et, donc, au coeur de l’économie. C’est tellement fondamental que les révolutions industrielles sont classiquement associées à des transformations de l’énergie dominante. La première révolution industrielle est ainsi basée sur le charbon et la vapeur, la deuxième sur le pétrole, la troisième sur l’électricité. Or l’enjeu actuel est de « décarboner » la production énergétique. Deux grandes options s’offrent à nous : le nucléaire et les énergies dites renouvelables (ENR).

Or les enjeux réels derrière ce choix sont rarement compris. La passion l’emporte sur la raison. Les choix sous-jacents (les a-priori même) ne sont le plus souvent pas mentionnés. Cette question, je l’ai abordée dans mon roman « Dérive mortelle » et j’aimerais partager avec vous quelques réflexions.

En lire plus L’énergie, au coeur du débat écologique

Bien curieux château de Maulnes

Le château de Maulnes se situe à quelques kilomètres au Nord-Est de Tonnerre, en Bourgogne. Construit de 1566 à 1573 à l’initiative d’Antoine de Crussol, duc d’Uzès, et de son épouse Louise de Clermont, comtesse de Tonnerre, ce château est à nul autre pareil. Il a été conçu comme un logis et aussi comme un refuge en pleine guerres de religions.

Mais, très isolé, il sera abandonné lors du décès de ses créateurs. Antoine de Crussol meurt en 1573 au siège de La Rochelle, Louise de Clermont en 1596 à l’Hôtel-Dieu de Tonnerre. Rapidement, le château tombe en ruines, n’intéressant pas les héritiers, les fameux Clermont-Tonnerre qui, il est vrai, ont quelques autres châteaux. Il ne sera relevé qu’au XXème siècle à l’initiative du département de l’Yonne.

En lire plus Bien curieux château de Maulnes

L’arrivée du christianisme sur le marché des religions

Etudier les origines du Christianisme est en soi un sujet polémique, comme étudier n’importe quelle religion sous un prisme scientifique. La science en question peut être la seule histoire ou bien on peut y adjoindre d’autres disciplines (sémantique, sociologie, économie…), y compris des sciences « dures » pour vérifier des faits ou expliquer des miracles (physique, géologie, médecine…). L’anthropologue Dominique Desjeux, lui, a pris le parti d’une double approche historique et anthropologique, voire, parfois, presque économique. Ainsi est né son ouvrage « Le marché des dieux : comment naissent les innovations religieuses. Du judaïsme au christianisme« , paru chez PUF (Presses Universitaires de France).

Ceux qui, comme moi, ont été traumatisés par « Tristes tropiques » de Claude Lévi-Strauss, peuvent avoir une certaine appréhension à lire un ouvrage d’un anthropologue. Or « Le marché des dieux » est tout à fait passionnant et se lit comme un roman. Il s’agit d’une histoire des origines du Christianisme. Bien sûr, elle n’est peut-être pas tout à fait conforme à l’histoire officielle, du moins la présentation faite au grand public par les différentes grandes Eglises.

En lire plus L’arrivée du christianisme sur le marché des religions

Très surfait Musée Jacquemart-André

Paris regorge de musées. Certains sont très célèbres et visités par des touristes venus du monde entier. D’autres sont cités comme des bijoux insuffisamment connus. Le Musée Jacquemart-André fait partie de ceux-là.

Or, ce musée est issu d’une donation, début du XXème siècle, à l’Institut de France (qui regroupe les principales académies dont l’Académie Française) d’un hôtel particulier avec ce qu’il contenait. Le banquier Edouard André avait épousé une artiste, Nélie Jacquemart. Edouard André avait commencé seul sa collection mais la démarche s’amplifiera après son mariage. Ensemble, ils vont constituer une abondante collection d’oeuvres du XVème siècle au XIXème siècle : peintures, sculptures, fresques… Pour l’essentiel, il s’agit d’oeuvres peu marquantes d’artistes de second plan (même si on y trouve un Rembrandt, Les disciples d’Emmaüs).

Il en résulte une accumulation hétéroclite lié à l’éclectisme du couple Jacquemart-André. Bref, ce musée est une ode au mauvais goût bourgeois de la fin du XIXème siècle. Ode évidemment tout à fait évitable.

Pour ceux qui veulent cependant tenter une visite : Musée Jacquemart-André, 158 Boulevard Haussmann, 75008 Paris, http://www.musee-jacquemart-andre.com/.

Un été au frais en Ecosse, aux Shetlands et aux Orcades

Pendant que la France suffoquait sous la canicule, j’ai préféré me mettre au frais en allant visiter les Shetlands et les Orcades avec passage par l’île principale du Royaume-Uni.

Je m’étais déjà rendu en Ecosse en 2003 mais seulement à Édimbourg, dans les Highlands et dans l’île de Skye. Pour ce nouveau séjour, du 14 au 24 juillet 2024, mon objectif était donc, surtout, de visiter les deux archipels situés au Nord : les Shetlands (au Nord, au niveau de Bergen en Norvège) et les Orcades (pas très loin de la côte écossaise). Pour des raisons pratiques, je suis repassé par l’ouest des Highlands. C’est encore une fois l’agence Comptoir des Voyages qui m’a aidé à organiser ce voyage.

Retrouvez ici mon récit de voyage et mes photos.

Chamonix, pays du Mont-Blanc

Le Mont-Blanc est le seul contentieux territorial subsistant sur le territoire métropolitain français. En l’occurrence, la question est de savoir si la frontière entre la France et l’Italie passe au sommet de la plus haute montagne d’Europe (version italienne et règle générale dans le monde, sur la ligne de séparation des eaux) ou à sa base Est (version française). J’ignore l’origine et la raison d’être de la dispute mais l’endroit propose de magnifiques paysages.

Un court séjour estival (grand week-end pour moi) à Chamonix est une très bonne occasion d’aller voir d’une part le site de Montenvers et la Mer de Glace, d’autre part le site du Mont-Blanc à voir depuis l’Aiguille du Midi. Le recul du plus grand glacier d’Europe, la Mer de Glace, est visible, preuve, si besoin était, de l’actuel réchauffement climatique. Ajoutons que Chamonix est également intéressant pour les passionnés du ferroviaire : l’accès à la ville se fait avec une ligne utilisant un rail latéral d’alimentation électrique et la montée au Montenvers utilise un train à crémaillère.

Mes photos de Chamonix et du Mont-Blanc sont ici.

Le non-sacrifice d’Isaac ou la naissance du Judaïsme

L’Aïd al-Adha (« la fête du sacrifice ») ou Aīd al-Kabīr (« la grande fête ») est célébrée, cette année, par les musulmans du soir du vendredi 8 juillet 2022 au soir du mardi 12 juillet. Cette fête, la plus importante du calendrier musulman, célèbre le non-sacrifice d’Isaac par Abraham. Le patriarche préféra en effet tuer un mouton.

En mémoire de ce geste, l’un des fondements de l’Alliance entre les hommes et Dieu, les bons musulmans doivent sacrifier à leur tour un mouton. Les Juifs célèbrent l’événement en même temps que l’année nouvelle, Roch Hachana, en ouvrant dix jours de repentance qui cesseront avec Yom Kippour (le Grand Pardon). Chez les Chrétiens, le sacrifice de Jésus va prendre la place de celui d’Isaac et la plus grande fête être de ce fait Pâques.

Mais pourquoi ce geste d’Abraham est-il si important ? En quoi constitue-t-il une rupture ?

En lire plus Le non-sacrifice d’Isaac ou la naissance du Judaïsme